Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 juillet 2010 2 06 /07 /juillet /2010 13:28

Tar baby


10/18 ( Domaine étranger)1996, 432 pages

2dition d’origine : Tar Baby, 1981.AB+

 

Titre : Tar baby «  bébé goudron » est  une façon de désigner les noirs pas plus amène que « nigger » ;

 

Un homme en fuite, dénommé étrangement «  Fils » s’introduit clandestinement sur l’île des Chevaliers dans les Antilles, ayant suivi deux femmes.  Il rôde autour de la demeure de Valerian Street, 70 ans riche retraité qui passe ses journées dans une serre à écouter de la musique.

Les deux femmes s’avèrent être son épouse Margaret, qu’il a épousé très jeune et qui ne s’est jamais adaptée à son existance paraît-il facile, et Jadine  une jeune femme métisse nièce des employés de maison qui sert à Margaret de demoiselle de compagnie en attendant de rejoindre la France où elle travaille comme mannequin.

 

Tous attendent Noël et l’arrivée du fils des propriétaires Michael, qui a semble-t-il connu une enfance perturbée au milieu de cette engeance.

 

Mais c’est l’étranger,( «  fils », un surnom qu’il endure depuis toujours) qui sera l’invité-surprise, et va faire exploser le fragile équilibre de la maison, provoquant chez chacun une remise en question. Les employés de maison vont se sentir spoliés et après s’en être pris à l’étranger, vont se dresser contre leurs maîtres. Un autre couple de noirs infériorisés par les domestiques précédemment cités, et méprisés de tous, vont se rebeller à leur manière ; Jadine et l’étranger sont attirés l’un par l’autre, mais ils ne viennent pas non plus du même monde, quoique tous deux afro-américains, et leur union va se révéler problématique.

 

Un roman très riche qui traite de l’affrontement de milieux sociaux opposés, aussi bien chez les noirs que chez les blancs,  dont le rapprochement induit querelles et identification pour certains d’entre eux à d’anciennes révoltes d’esclaves noirs. La lucidité du texte est de montrer que les noirs  se dressent les uns contre les autres,  aussi bien que contre les blancs. La discorde révélée par l’apparition de l’étranger, ne cesse de provoquer des dissensions, des vengeances, que rien ne viendra apaiser.

Un récit vraiment réaliste et un roman social éclairé. J’ai remarqué aussi la façon qu’a l’auteur de faire parler les éléments naturels, en ce qu’ils participent de mythes fondateurs ; au départ dans cette île, des colons saccagèrent la nature, et s’affrontèrent  aux populations indigènes.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

M


J'ai lu  "Love" que j'avais beaucoup aimé mais j'avais beaucoup moins accroché à "Beloved" notamment à cause d'une écriture trop hachée et écorchée.



Répondre


Oui le sujet de "Love " me plaît beaucoup et je le lirai sans aucun doute!


Pour Beloved je ne sais pas, ce que j'en penserai. Je chercherai à le lire aussi.



F


Ton billet donne envie de se plonger dans les romans de cette auteure, dont je n'ai lu que quelques livres, mais toujours avec plaisir.



Répondre
D


Heureuse de te retrouver et avec Toni Morrison en plus, je n'ai pas lu ce roman là mais à te lire il est à la hauteur de ses autres livres   Quelle femme !



Répondre


Vois-tu, je n'avais pas réussi à finir " Jazz". La honte!


Celui-ci m'a beaucoup plu. Je suis bien partie pour en lire d'autres prochainement!



D


Bonjour Dominique, cela me fait plaisir de lire ce billet après ton silence de plus d'un mois. Je n 'ai rien lu de cette auteure (prix Nobel, si je ne m'abuse?). En tout cas je note le titre
(je ne connaissais pas l'expression "Tar baby") Bon après-midi.



Répondre


Oui! prix Nobel mais j'ignore l'année.


C'est vrai je ne poste plus, sauf s'il s'agit d'un très bon livre, ( voire d'n très bon film) ou encore une communication importante (on ne sait jamais...).


En dehors de ces cas, je ne suis plus très active sur la blogosphère. Je le regrette, mais vraiment je n'y parviens plus.


Bonne après midi, Dasola, bien ensoleillée!



D


Bonjour Dominique, cela me fait plaisir de te relire après ton silence de plus d'un mois. Je n'ai pas lu ce roman mais ton billet donne envie de le lire (un jour). Bon après-midi.



Répondre
L


C'est une sacrée auteure cette femme! J'ai acheté "le don" pour le lire bientôt. Elle a une grande maîtrise de l'écriture et une analyse très fine, comme tu l'as fait remarquer, des relations de
domination et de pouvoir à l'intérieur de chaque classe sociale.



Répondre

Présentation

  • : Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher