Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 septembre 2013 4 26 /09 /septembre /2013 16:46

Seuil (Fiction et Cie) 2013, 330 pages.

Peu après la mort de Louis XIV, le Régent Philippe d’Orléans prend un bain et la décision de marier le futur Louis XV alors âgé de 11 ans avec la petite infante Anna Maria Victoria fille du Roi d’Espagne ; afin que les deux pays persévèrent dans leur bonne entente, et surtout parce que l’infante n’a que 4 ans et ne risque pas d’avoir un héritier de sitôt. Or Philippe espère régner ; son neveu l’ayant toujours écarté du pouvoir et des grandes décisions. Pour que le marché soit équitable, il donnera sa plus jeune fille âgée de douze ans à l’héritier du trône d’Espagne Luis, encore adolescent.

Le récit raconte l’histoire de cette transaction, le déroulement de ces mariages arrangés, en s’attachant aux destinées des deux princesses : la petite Marie Anne Victoire, venue d’Espagne avec ses poupées et sa nourrice, charmant toute la cour, en espérant toujours être aimée de Louis, et Louise-Elisabeth d’Orléans parachutée à la cour d’Espagne avec pour nouvelle famille une belle-mère tyrannique, un beau-père voyeur et un jeune époux niais et tremblant.

Les portraits des deux fillettes, leur façon de s’accommoder (ou pas) de ce qu’on attend d’elles, sont saisissants de vérité. On découvre que l’on peut à la fois être une princesse et « un paquet de linge sale ». Que la gloire et la déchéance peuvent survenir dans la prime enfance. Les second rôles sont nombreux et tous intéressants. On aime surtout la Princesse Palatine (Elisabeth Charlotte de Bavière) une femme vraiment exceptionnelle qui mériterait un roman pour elle seule. Un autre personnage écrivain, le Duc de Saint-Simon, n’a pas ici le beau rôle, il serait plutôt vu à travers ses ridicules.

Réalisme cru, poésie et humour noir se mêlent avec bonheur dans ces descriptions des familles princières et de leurs intérêts : goût ou horreur du pouvoir, hypocrisies et flatteries, des travers que l’on connaît bien, mais si bien mis en scène, qu’on dévore ce roman intelligent et sensible d’une seule traite.

Voir aussi de Chantal Thomas les Adieux à la Reine .

Partager cet article
Repost0

commentaires

L
Je n'aime pas trop les romans historiques d'habitude, mais je n'entends que des louanges sur celui-ci.
Répondre
A
J'aime beaucoup ce genre de romans historiques, l'époque en particulier. Ce roman-ci pourrait bien me plaire au vu de ton billet, je note !
Répondre
D
Chantal Thomas écrit toujours à partir du XVIII ème siècle, il me semble.

Présentation

  • : Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher