Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 mai 2015 7 31 /05 /mai /2015 10:45
Sandrine Collette Six fourmis blanches ****

Denoël Sueurs froides 2015, 276 pages

Mathias est sacrificateur de chèvres dans une contrée montagneuse en Albanie. Les paysans sont très superstitieux, et pour chaque événement ( naissance mariage baptême…) font appel à lui pour choisir dans le troupeau de la famille concernée une chèvre LA chèvre qui doit être sacrifiée. Mathias doit ressentir une certitude quant à l’animal choisi.

On dit qu’il a un don ( il le tient de son grand-père) ; c’est un homme solitaire, qui n’aime pas beaucoup son métier et ne croit qu’à moitié à sa mission. Il déteste jeter ces pauvres bêtes de la montagne… mais quoiqu’il en pense il doit continuer : le vieux Carche, tyran local a mainmise sur toute la contrée ; et voilà qu’il donne à Mathias, un de ses petits fils comme apprenti sacrificateur ; le garçon est un sacré voyou et Mathias est de plus en plus mal à l’aise...

Lou est une jeune femme de 25 ans ; elle et Elias son compagnon se préparent à une randonnée en haute montagne ; le groupe compte sept personnes en tout : les autres trekkeurs sont plus âgés ; aucun d’entre eux n’a l’expérience d’une telle randonnée. Lou se sent un peu stressée mais elle a confiance dans Vigan, leur guide, qu’elle trouve solide, avisé, bel homme en plus…

Cependant à la fin de la première journée le temps change très vite : une tempête s’abat sur la groupe : selon Vigan, il faut gérer la situation ; on va se diriger vers un refuge : hélas arrivés là de cette providentielle cabane il ne reste que deux pans de mur calcinés !

Des bruits étranges se font entendre : est-ce le vent ? n’y a-t-il pas un autre danger ? Des loups ?...

Lou et Mathias sont narrateurs de l’histoire, en alternance : on s’attend à ce qu’ils se rencontrent, on se demande comment. Le suspense est bien entretenu ; on participe aux déboires des personnages. Petit bémol, les sensations et pensées de Lou, ont tendance à se répéter un peu trop pendant cette fuite éperdue pour sa survie. Pourtant l’ensemble est réussi. Pour ceux qui n’aiment pas le « gore », ce récit l’est nettement moins que le précédent ( Un vent de cendres), mais il est presque aussi bon.

Repost 0

Présentation

  • : Nuagesetvent
  • Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher