Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 août 2015 7 16 /08 /août /2015 08:44

Musée du chocolat

Nous avons passé trois jours à Bruxelles en mars 2013; aussitôt arrivés à l'hôtel heureusement assez confortable, une pluie froide et drue s'est abattue sur nous; pendant le séjour, elle ne nous a pas quittés. On a revisité la Grand-place que j'adore, l'hôtel de ville et le musée de la ville que je ne connaissais pas. Les repas de l'hôtel étant trop chers on a pique-niqué dans la chambre, matin et soir, et mangé dehors à midi. On a revu le musée des Arts anciens:seulement la partie très ancienne, car le reste n'était pas visible, à l'exception d'un Alechinsky que je vous laisse découvrir. . Je n'ai pas vu l'exposition Kandinsky, mon compagnon n'aime pas ce genre; nous sommes allés au musée Magritte mais je n'ai pas eu le coup de foudre. Je trouve que pas mal de ses tableaux ressemblent en fait à des blagues de potache! Jeune, je l'adorais... comme on change!

le dernier jour on a visité la cathédrale Ste Gudule, il pleuvait de plus en plus fort! et on s'est réfugié dans la chambre... il a fallu partir en catastrophe, car la météo annonçait d'importantes chutes de neige sur le Brabant et le Hainaut : c'est par le Hainaut que nous rentrons. L'autoroute blanchissait à grande vitesse, je n'aime pas cela.

marché aux fleurs sous la pluie; Le Cornet,maison des Bateliers; le Manneken pis en vert et prune;maison des ébéniste dite " le Sac". St Michel surmontant l'hôtel de ville
marché aux fleurs sous la pluie; Le Cornet,maison des Bateliers; le Manneken pis en vert et prune;maison des ébéniste dite " le Sac". St Michel surmontant l'hôtel de ville
marché aux fleurs sous la pluie; Le Cornet,maison des Bateliers; le Manneken pis en vert et prune;maison des ébéniste dite " le Sac". St Michel surmontant l'hôtel de ville
marché aux fleurs sous la pluie; Le Cornet,maison des Bateliers; le Manneken pis en vert et prune;maison des ébéniste dite " le Sac". St Michel surmontant l'hôtel de ville
marché aux fleurs sous la pluie; Le Cornet,maison des Bateliers; le Manneken pis en vert et prune;maison des ébéniste dite " le Sac". St Michel surmontant l'hôtel de ville
marché aux fleurs sous la pluie; Le Cornet,maison des Bateliers; le Manneken pis en vert et prune;maison des ébéniste dite " le Sac". St Michel surmontant l'hôtel de ville

marché aux fleurs sous la pluie; Le Cornet,maison des Bateliers; le Manneken pis en vert et prune;maison des ébéniste dite " le Sac". St Michel surmontant l'hôtel de ville

Le canapé de la chambre d'hôtel ; aigle (maison des Archers); Guillaume Geef la princesse Charlotte de Belgique
Le canapé de la chambre d'hôtel ; aigle (maison des Archers); Guillaume Geef la princesse Charlotte de Belgique
Le canapé de la chambre d'hôtel ; aigle (maison des Archers); Guillaume Geef la princesse Charlotte de Belgique

Le canapé de la chambre d'hôtel ; aigle (maison des Archers); Guillaume Geef la princesse Charlotte de Belgique

musée des Beaux Arts Pierre Alechinsky : le dernier jour; Francis Bacon le pape aux hiboux;Georges Rouault le Diplomate
musée des Beaux Arts Pierre Alechinsky : le dernier jour; Francis Bacon le pape aux hiboux;Georges Rouault le Diplomate
musée des Beaux Arts Pierre Alechinsky : le dernier jour; Francis Bacon le pape aux hiboux;Georges Rouault le Diplomate

musée des Beaux Arts Pierre Alechinsky : le dernier jour; Francis Bacon le pape aux hiboux;Georges Rouault le Diplomate

quentin Metsys La vierge à l'enfant ;Denis van Asloot paysage d'hiver vu du château ; Jean Hey Ecce homo
quentin Metsys La vierge à l'enfant ;Denis van Asloot paysage d'hiver vu du château ; Jean Hey Ecce homo
quentin Metsys La vierge à l'enfant ;Denis van Asloot paysage d'hiver vu du château ; Jean Hey Ecce homo

quentin Metsys La vierge à l'enfant ;Denis van Asloot paysage d'hiver vu du château ; Jean Hey Ecce homo

Duvel et Gueuze ; devanture maison du chiffonnier;nef de la cathédrale ; la Maison du Roi avec l'hôtel de ville
Duvel et Gueuze ; devanture maison du chiffonnier;nef de la cathédrale ; la Maison du Roi avec l'hôtel de ville
Duvel et Gueuze ; devanture maison du chiffonnier;nef de la cathédrale ; la Maison du Roi avec l'hôtel de ville
Duvel et Gueuze ; devanture maison du chiffonnier;nef de la cathédrale ; la Maison du Roi avec l'hôtel de ville

Duvel et Gueuze ; devanture maison du chiffonnier;nef de la cathédrale ; la Maison du Roi avec l'hôtel de ville

Repost 0
14 août 2015 5 14 /08 /août /2015 11:06
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif
Album Rome récapitulatif

Album Rome récapitulatif

Repost 0
17 décembre 2014 3 17 /12 /décembre /2014 13:27

Rouergue ( la Brune) 2011, 163 pages.

Haute Saône ; Ste Marie, un village, proche de Raddon-et-Chapendu, en pays vosgien ; Angélique et Catherine 17 et 16 ans passent leurs vacances chez leurs grands parents et s’ennuient.

La sœur aînée se trouve un copain à la colo ; Catherine esseulée, aperçoit un jeune homme nu près de la rivière Raddon ; elle l’observe. Plus tard elle le revoit dans le village. Il est vraiment beau, d’autant plus qu’il se tait plutôt que d’infliger à l’adolescente les âneries habituelles proférées par les jeunes garçons immatures. Lors de la soirée dansante de la colo, elle le retrouve dans le parc et couche avec lui. Ils ne se sont encore rien dit. Bientôt elle apprend que Sébastien (c’est son nom) n'est pas exactement comme les autres.... Elle se croyait chanceuse que ce très beau garçon s’intéresse à elle, et elle seule, à présent, elle est effondrée…

Ce que la narratrice dit bien, c’est son chagrin de voir ce qu’est réellement le garçon en question, dès qu’elle le voit la suivre, et se rend compte de l’attitude des autres à son égard : les villageois sont des imbéciles malveillants et conformistes, et la sœur n’est pas très futée non plus.

Quinze ans plus tard Catherine revient sur les lieux avec sa sœur à présent mariée et mère. Elle est restée seule et devenue libraire. Elle pense toujours à cet été, et raconte son histoire à sa sœur mais dans sa tête, seulement. Vu que le portrait de la sœur est loin d’être flatteur, on comprend qu’elle ne lui parle pas en vrai mais en imagination.

Anne Percin réussit à toucher le lecteur, en parlant de l'exclusion, de la solitude, et de l'isolement irrémédiables de ceux qui ne réussissent pas à se couler dans une catégorie sociale admise.

Repost 0
16 décembre 2014 2 16 /12 /décembre /2014 00:08

On est dans le schwarz ! C’est ce que dit Laure Berteaux à un moment ! Un germanisme !

L’équipe en quête sur l’assassinat d’une gemme et sa petite fille, molestées tuées puis jetées dans le canal de l’Ourcq. C’est le mari de Sandrine, Stéphane, séparé de sa femme, qui vivait à l’hôtel avec leur fils de 4 ans, le principal suspect. Coléreux, violent souvent, ayant travaillé à filmer des scènes pornos pour un site. Il n’est pas sympathique. Les parents de feu Sandrine, qui veulent récupérer le petit Léo sont très antipathiques eux aussi ! On espère qu’ils sont coupables de quelque chose.

L’équipe recherche un braqueur qui aurait travaillé dans la même entreprise que Stéphane. Ils ont un informateur, Jibril, un beau brin de brun, dommage il a la barbe, je n’aime pas. Mais voilà que le vrai méchant ( Braquo) connaissait Sandrine ( et pas Stéphane). Le juge Roban fait comparaître Stéphane et son avocat Pierre Clément. Enfin, ça bouge , ça saute et ça gicle ! Laure est enceinte (mais de qui, elle ne sait pas, évidemment…) elle a cherché à se faire avorter mais au bout de quinze semaines (presque quatre mois !) elle n’avait toujours pas trouvé le temps( qu’est-ce qu’on bosse dans la police) Laure a su tardivement: elle n’avait plus ses règles, mais bof ! Elle ne s’en est pas souciée. La contraception ? Bof , elle sait pas trop, avec toutes ces enquêtes, ses baises à la va-vite et son deuil, comment voulez-vous qu’elle sache, elle n’a même pas le temps de se peigner les cheveux, on ne sait même pas où elle habite …on ne sait pas pourquoi elle a été mise enceinte, ça n’a rien à voir avec l’intrigue ; sauf à nous montrer qu’elle est toujours aussi tête brûlée et prête à mettre sa vie en danger (leurs vies puisqu’il y en a deux là !...) pour aucun bénéfice.

La fin de la série est bâclée : on ne saura pas comment et à peine pourquoi les victimes ont été la proie du redoutable gang à trois jolies têtes, il n’y jamais de flash-back dans cette série et comme l’on comprend à peine ce que bredouillent les suspects et les flics tous bouleversifiés , bref je n’ai pas saisi grand-chose. On aura vu Laure s’admirer dans le miroir des toilettes avec un petit ventre et dénouer ses cheveux avec un furtif sourire. On aura vu Joséphine la rouquine beaucoup pleurer et se remettre aussi sec ! Le parcours de Gilou aux prises avec son indic et la copine entre eux m’a paru cohérent ; la démarche du juge Roban aux prises avec un délinquant haut fonctionnaire de stature internationale aussi. Le reste, c’est n’importe quoi…

Repost 0
Published by Dominique Poursin - dans Série Cinéma ni lu ni commenté"
commenter cet article
21 octobre 2014 2 21 /10 /octobre /2014 10:37

Le nouveau pape se débarrasse de Cesare Borgia, et reprend le contrôle des villes qu’il avait conquises ; facilement depuis que Cesare n’est plus soutenu par son père ; ni par le roi de France ; ni par les d’Este de Ferrare ( Lucrèce va voir le pape et lui fait in discours intelligent mais en vain) il le fait même emprisonner et lui intente un « procès » : Machiavel et Alexandre Farnèse le défendent avec brio, Giulia le charge, Cesare se défend avec force, et rien n’y fait : Jules le remet en prison. Cesare s’échappe (avec l’aide de Farnèse ? ou malgré lui ? pas compris … et celle de Machiavel) Arrivé à Sirinalia, près de son cadet exilé Gofredo( a toujours l’air aussi niais…), il est à nouveau fait prisonnier et embarqué pour l’Espagne, contraint de servir le souverain de ce pays.

Vanozza est jetée à la rue nue, le conseiller fidèle de Cesare la récupère. Giulia et Alexandre se querellent comme à l’ordinaire, mais s’en sortent bien : leur habileté leur permet de rester au service du nouveau pape, pourtant farouche ennemi de feu Rodrigo. Alexandre répète tout le temps à Giulia « c’est à ta chatte que je dois mon poste ! » ça le fait marrer. Il a réussi à exister par lui-même. A Ferrare, Lucrèce met au monde un deuxième enfant qui ne vit pas plus que le premier. On enterre aussi le vieux duc de Ferrare ; Alfonso lui succède. Les frères d’Este se querellent, Lucrèce joue un rôle conciliateur. Nous sommes en 1505.

Cesare a donné l’impression fâcheuse de ne pouvoir s’en tirer après le décès de Rodrigo ; d’avoir été un fils à papa en quelque sorte. Sa cruauté ne l’empêche pas d’être très sentimental, de tenir souvent des discours à l’eau de rose ; mais la cruauté et le sentiment cela va bien ensemble. On attend avec impatience la fin de Cesare ( ce sera pour le 27 et une terrible belle bataille nocturne avec lune scintillante, on espère ) ; pour l’intelligence, c’est à Giulia et Alexandre que je décerne la palme.

Repost 0
Published by Dominique Poursin - dans Série Cinéma ni lu ni commenté"
commenter cet article
18 octobre 2014 6 18 /10 /octobre /2014 10:03
Games of Thrones saison 2  1-6

Beaucoup de sang, les têtes roulent à terre, les pendus ne se comptent plus… on attend avec impatience que l’infâme petit roi Joffrey (sanguinaire, pervers…) se fasse raccourcir à son tour( même sa mère ne serait pas complètement contre…) ce serait une entreprise de salut public, mais on nous rallonge la sauce. Le type à la couronne de cerf ( Renly ?) se fait occire d’une façon originale par une créature noire dont vient d’accoucher la sorcière The Red Woman ; je parie que Pierre Dac et son compère Francis Blanche, auteurs d’un sketch célèbre sur la magie, eussent été jaloux de ce numéro !

Inconsolable, c’est la grande Brienne ( deux mètres de haut, une sacrée carrure)qui se met au service de Cat Stark. Le fils à maman, Robb, peu soucieux de faire la guerre, s’éprend de l’infirmière ; La jeune Ariah se retrouve servante du grand –père Lannister. Elle apprend que son maître à la tête d’une armée va partir combattre les Stark ; elle les suit avec sa propre équipe ( dont le jeune forgeron Gendry).

Un certain Theon( que je n’avais pas vu venir) s’empare du château Winterfiel il ne réussit pas à faire prisonnier les deux petits Stark ( enfuis avec la sauvageonne strabique, le géant, et un autre protecteur). Qu’à cela ne tienne, il pend deux autres gosses les faisant passer pour ceux-là. Ses hommes font semblant d’y croire.

Tyrion, devenu main ou nain du roi, se révèle bon politique, et toujours humoriste, mais n’a que peu de pouvoir. Il sauve la pauvre cruche de Sansa d’une mort certaine ( sans compter le viol) ; il protège son amoureuse Shae. Il anticipe la bataille qui va se livrer…

Jon Snow, beyond the Wall, progresse vers les sauvageons du nord avec le reste de la Garde. Le voilà aux prises avec Ygrit, une des filles de ce peuple. Comme elle lui fait du gringue, il ne la tue pas ; elle se sauve, c’est lui que voilà prisonnier. On voit gros comme ça arriver la romance.

Au sud, la mère des dragons, ( Dannerys? Kahleesi?) ne sait à quel mercenaire se vouer, pour partir conquérir la couronne à laquelle elle tient. Jorah est son protecteur, mais elle veut pas coucher avec ; un grand black de contrebandier à fait son apparition mais elle s’en méfie de même. Les triplés dragounets grandissent. Puis voilà qu’ils sont kidnappés ! Et plein de têtes ont encore été séparées des corps… la reine des dragons est une blonde et ce n'est pas ce qui j'aurais voulu...

Ce que j'adore, c'est le côté road-movie, tous ces gens qui font la route, chassent pour manger , devisent sur les chemins, font des rencontres hasardeuses dans les forêts...

Games of Thrones saison 2  1-6
Repost 0
Published by Dominique Poursin - dans Série Cinéma ni lu ni commenté"
commenter cet article
14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 16:49

Le narrateur est invité dans une petite ville de province, en lisière du Morvan, par un couple de libraire et les responsables de la bibliothèque municipale : il devra y animer un atelier d’écriture, répondre à des questions de lecteurs, plusieurs séances de lecture-question sont prévues.

Aussitôt arrivé à la gare distante de vingt bons kilomètres, nul n’est venu l’attendre. Il se plonge dans « la Voix du Centre » un journal local et s’intéresse à un fait divers non élucidé : un homme jeune s’accuse d’avoir tué son voisin et ami octogénaire ; il a été incarcéré, bien qu’on ne trouve pas le corps. Sa compagne, qu’on soupçonne d’être complice est laissée en liberté… C’est cette femme qui attire l’attention de l’écrivain ; à voir la photo dans le journal, il en est tombé amoureux !

Le couple incriminé s’était installé aux alentours du village ; marginaux, ils n’avaient pu s’intégrer.

J’attendais beaucoup de ce roman, qui m’a en fait ennuyée. Le séjour à Donzy de l’écrivain, est en lui-même assez bien vu, en ce qu’il décrit la société d’une petite ville de province, son rapport au livre et à l’écriture, ainsi que les problèmes socio-économiques de la localité. Les descriptions de la forêt , inquiétante, génératrice d’anxiété mais aussi de sérénité, sont attrayantes.

Ce qui gâche l’ensemble, c’est cette histoire d’amour très conventionnelle, qui occupe l’esprit du narrateur et conditionne la plupart de ses faits et gestes. En soi, le fait divers relaté (dont je me souviens avoir lu plusieurs articles dans la presse) était plutôt bien choisi… pour en faire un vrai roman policier.

Repost 0
11 octobre 2014 6 11 /10 /octobre /2014 09:40
Game of Throne, saison 1 épisodes 1-4   ***

maintenant que sont presque arrivés les frimats, on se vautre devant la TV avec du chocolat à mordiller, et un enregistrement du Games of Thrones prêté par P. Moi, qui n'ai jamais réussi à dépasser la page 50 des rois Maudits, j'ai craint de ne pas m'intéresser à cela. Mais les images, ça change tout! Et les paysages sont très bien.

Pays de Westeros : une noble famille les Stark de Winterfiel : le père ( Edddard) , la mère ( Catelyn), deux grands garçons ( qui ne semblent pas devoir jouer un rôle important), la grande fille de 13 ans Sansa, nunuche, longs cheveux goût pour la broderie, la fille cadette Arya ( garçon manqué, goût pour les armes) ; le petit dernier ( Bran, grimpeur invétéré escalade la façade du château en se jouant).

Jon Snow (le fils bâtard, surnommé le bâtard du nord) beau garçon à l’air tourmenté, préposé à devenir Garde du Nord. Il risque de rester puceau, un beau gosse comme ça si c'est pas malheureux! mais bon, il va tomber sur un genre de reine des neiges à coup sûr...

Les enfants Stark de Winterfiel ont chacun un loup, depuis que dans la forêt, on a trouvé une louve énorme abattue, et six petits chiots. Celui de Jon est albinos. Ils grandissent vite et vont être efficaces pour veiller sur leurs maîtres qui en ont bien besoin.

Les gardes du Nord surveillent le Mur qui sépare le royaume de Westeros nord du Grand Nord où la neige tombe en permanence dans la grande forêt… à l’ouverture du 1er épisode, des gardes du Nord tombent sur des cadavres inanimés, notamment une fillette qui ressemble à une poupée et bouge encore après décès. Des gardes se font décapiter ( par des créatures surnaturelles ou non ?) et l’un d’eux s’enfuit. Du coup il se fera décapiter par Eddard pour avoir déserté.Comme entrée en matière y' a pas mieux;.

Au sud de Westeros, il y a les Lannister de King's Landing: le roi des Sept Couronnes, Robert, un gros type bon vivant, et un peu vulgaire, qui fut un grand soldat autrefois. Il est marié à Ceirsey une belle blonde boudeuse mais ils ne se causent pas. Ceirsey entretient un commerce sexuel avec son frère Jaime : ils ont eu trois enfants, dont Joffrey, héritier du royaume, qui passent pour être les enfants de Robert. Ceirsey est un paronyme de Circé, la méchante magicienne de L’Odyssée.

Le frère de Ceyrsei et Jaime, Tyrion, est nain, spécialement intelligent, grand lecteur, ironique, et fréquentant tavernes et bordels. Personne ne l’apprécie, et il est même haï, mais il a droit à des égards vu son rang. De loin le personnage le plus intéressant du lot.

Cela donne à la série son côté « Shakespeare » ; mais d’ordinaire, le nain-philosophe est le bouffon de roi, et s’il a plein de choses à dire, il en a moins à faire… ici le nain fait partie de la famille royale et, quoique toujours marginal, il va intervenir dans les affaires de la cité. Situation improbable dans la réalité ( on l’aurait tué petit) mais intéressante pour l’intrigue.

Le conseiller du roi vient de mourir ( on soupçonne un assassinat) et Robert contacte les Stark de Winterfiel pour qu’Eddard ( avec qui il a guerroyé jadis) remplace le conseiller mort ( Robert ne soupçonne rien de ce qui se trame à sa cour…) ; il prévoit aussi de marier son présumé fils Joffrey avec la fille ( Sansa).

Au sud, vraiment sud, genre méditerranéen, Il y a encore un frère et une sœur : Dannerys et Visceret : deux blonds à longs cheveux. V. Veut récupérer les Sept couronnes auquel paraît-il il a droit. Car ce couple de frère et sœur est en exil ( doré). Vis marie sa sœur à un barbare, Drogo Krohl, chef d’une troupe nomade les Dokthars. Il va prendre leur tête et avec eux reconquérir les sept Couronnes. Dannereys devient Kaalesi , la femme du chef : elle reçoit en cadeau des œufs de dragons ( qui n’ont pas l’air de vouloir éclore mais c’est vrai que rien ne les couve efficacement…) ; la troupe est en marche…Ned doit accepter d’être main du roi (conseiller) bien que cela ne lui plaise pas. Sansa se balade avec son futur époux et il se fait tabasser par la petite sœur, le copain de la fillette et mordre par le loup de la fillette. Génial !

Le petit Bran, en pleine escalade, surprend Ceirsy et Jaime en train de forniquer : Jaime le précipite du haut d’une tour. Le gamin ne meurt pas, mais il a perdu l’usage de ses jambes.

La maman Catelyn soupçonne les Lannister et décide de s’en prendre à Tyrion ( le maillon faible) .

Snow devenu Garde du Nord s’apprête à livrer combat aux créatures malfaisantes d’au-delà du Mur. Il a un allié ( un gros garçon plein de bonne volonté) et est ami avec Tyrion mais Tyrion à la fin de 4 eme épisode se trouve en mauvaise posture.

Dans la troupe de barbares, Danyreys est enceinte, et à présent, elle aime son Drogo de chef ( tout arrive !!) et s’en prend à son imbuvable frangin qui reçoit une correction. Les œufs de dragons ne sont toujours pas éclos.

Repost 0
Published by Dominique Poursin - dans Série Cinéma ni lu ni commenté"
commenter cet article
9 octobre 2014 4 09 /10 /octobre /2014 09:39
Joel Coen  Inside Llewyn Davis ***

2013

Un chanteur folk de NY à Chicago début des années 60 ou fin des années 50 . A enregistré un disque qui ne se vend pas. N’intéresse aucun manager. L’homme qui chantait avec lui s’est sucidé. Il n’y croit plus, et n’a pas l’occasion de s’entraîner ni d’écrire des chansons, car il est à la rue et doit mendier un lit à des « amis » du quartier tous les soirs. C’est l’hiver. Il garde le chat de ses amis, le perd , le retrouve ( mais ce n’est pas le même et ils le lui rendent), assure quelques tours de chants, fait un peu la route avec de drôles de gens, doit aider sa copine du moment à avorter ( Jean Carey Mulligan) apprend que la précédente a gardé l’enfant ( mais il ne va pas chercher à la voir), cherche à embarquer comme marin sur un navire, passe une dernière nuit chez ses amis qui ont retrouvé leur chat, apprend qu’il s’appelle Ulysse, assume un ultime tour de chant, avant un plus chanceux que lui, se fait tabasser dans une ruelle. Et va embarquer…

Plusieurs chansons folk rythment le film ( par exemple, une protest-song chantée avec un groupe d’occasion ; The Death of Queen Jane, sur un air différent de l’original, interprétée devant Bud Grossman qui n’est pas enthousiasmé ; Shoals of Herring, chantée devant son vieux papa infirme et muet à l’hospice) Llewyn chante bien, avec pas mal de mélancolie, mais sans ardeur, sans intensité : il n’y croit plus et ça se sent.

Repost 0
Published by Dominique Poursin - dans Cinéma ni lu ni commenté"
commenter cet article
7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 09:37
La vie d’Adèle chapitre 1 et 2 ( Abdelatif Kechiche) ***

2013, palme d’or

Adèle est adolescente en 1ere L , et encore mineure, lorsqu’elle croise la route d’Emma, et que toutes deux échangent un regard appuyé. Adèle sort avec un garçon de Terminale ( Tom) ; mais le soir elle se masturbe en évoquant Emma, qu’elle a juste entraperçue. Grâce à Valentin son confident homosexuel, elle va retrouver cette jeune femme dans un bar gay. Emma a bien cinq ans de plus qu’elle, élève des Beaux Arts en 4eme année. Elles se plaisent physiquement ; en dehors de cela, elles sont très différentes. Adèle est d’une famille de condition modeste, Emma ce qu’on appelle maintenant une « bobo ». La plus jeune a la vocation d’institutrice, la plus âgée peint.

Cependant elles vont vivre plusieurs années ensemble, et Adèle devenir institutrice, avant que la rupture ne survienne, car elles se sont éloignées l’une de l’autre. Emma vit sa vie d’artiste, s’est attachée à une autre femme de son âge, qui a un enfant ; Adèle est sortie avec un collègue de son école, car elle se sentait seule. Pourtant c’est Emma qui met l’autre à la porte, lui reprochant ses infidélités, alors qu’elle-même délaisse son amie.

Adèle reste seule, se console avec son métier, tandis qu’Emma a refait sa vie. Lors d’une exposition des œuvres d’Emma, Adèle regarde les tableaux, dit quelques mots avec les invités, et tourne en rond ; elle reste extérieure à tout cela, doit tourner la page…

On suit cette histoire avec intérêt, tout en relevant des trucs qui passent mal.

Les deux filles se jettent dans les bras l’une de l’autre et ont une relation sexuelle très complète, alors qu’elles se connaissent à peine ! Où sont les préliminaires, les façons dont un couple qui se forme a de tâtonner, d’hésiter de plaisanter d’être un peu timide ??? Enfin je vois les choses comme cela…

Les deux filles sont épilées de très près, trop à mon goût. Il devrait y avoir quelques poils au moins chez l’une d’entre elles et elles devraient en parler. On voit bien que c’est un homme qui observe ce couple de filles : il ne pénètre pas dans leur intimité ; montrer des scènes de sexe ardent, de près, n’est pas forcément s’approcher de la chose. Même si Adèle joue la carte du naturel, farouche spontanée, naïve, cela ne suffit pas. Kechiche a cherché à filmer de beaux plans de nus : il en tire une vue de jambes et corps mêlés assez belle ; cette image seule aurait suffi.

Les coiffures sont bien étudiées : la coupe déstructurée d’Adèle, avec cette impression de chevelure emmêlée, et ces mèches en bataille contrastant avec la coiffure courte et sage ( en dépit des mèches bleues d’ailleurs vite disparues) d’Emma est une bonne idée. Le choix des actrices est judicieux car elles sont complètement à l’opposé l’une de l’autre. On croit au conflit.

Comme souvent chez Kechiche, il y a un conflit de classe sociale : Adèle présente son amie comme l’aidant pour ses cours de maths, et ne dévoile jamais son homosexualité à ses parents. A l’école, elle subit des injures homophobes, dans son milieu d’enseignants, elle doit également se taire sur sa sexualité. Emma n’a rien à cacher dans les milieux où elle évolue. Les repas de spaghettis à la bolognaise reviennent à trois reprises et l’on voit les gens manger de près ne pouvant s’empêcher d’avoir l’air sale. Même Emma ne peut s’en tirer sans que les nouilles lui sortent de la bouche en se tortillant comme des vers. L’autre repas ( servi une seule fois) de fruits de mer chez les parents d’Emma est censé faire snob, et on doit soupçonner les parents de feindre d’accepter l’homosexualité de leur fille avec hypocrisie. Je suppose que c’est en tout cas l’intention du cinéaste ???

Est-ce réussi ? Je ne sais pas. C’est un peu outré.

Lorsqu’Emma et Adèle sont en couple elles vivent dans une grande maison confortable et reçoivent du monde dans un grand jardin, très bourgeoisement ( sauf que là encore on mange des pâtes, c’est Adèle qui fait la popote) . On se demande qui paie pour cette maison ? Qui fait bouillir la marmite ? Adèle ne le pourrait sans doute pas seule, vu ce que sont payées les institutrices.

Repost 0
Published by Dominique Poursin - dans Cinéma ni lu ni commenté"
commenter cet article

Présentation

  • : Nuagesetvent
  • Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher