Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mars 2006 4 16 /03 /mars /2006 14:01

9782070776917.gifCe n’est pas le énième livre sur la survie du corps professoral et des collégiens en ZEP.


C’est un ouvrage important qui restitue sans fioritures mais avec rigueur sobriété humour et émotion le quotidien des profs et des élèves. L’établissement scolaire est situé à Paris dans un quartier défavorisé ; le professeur de français a trente ans nous vivons avec lui une année scolaire d’une classe de troisième dont il est le professeur principal.

Les enseignants sont majoritairement français, les élèves d’ethnies différentes, ont des problèmes de langue, d’exil, d’argent, de famille. Chaque élève porte un sweat shirt, pourvu d’un dessin que l’enseignant reçoit comme un message à déchiffrer, ou un renseignement sur les aspirations des ados. Les rituels quotidiens décrits dans le détail, sont autant de répétitions qui rythment le récit. La scène se passe dans la salle de classe, de permanence, le bureau du CPE, la cour, les escaliers.

Des lieux où tous font le maximum pour apprendre.

Beaucoup de préoccupations s’expriment métaphoriquement à travers le mauvais fonctionnement du distributeur de boisson, de la photocopieuse. On est bouleversé par l’effondrement de certains élèves qui se voient refuser une seconde générale. 

C’est un bon livre. 

A lire aussi : Catherine Henri " Prof sentimental" chez POL. Approche très différente et tout aussi juste.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
1 mars 2006 3 01 /03 /mars /2006 17:22

Les Particules élémentaires. Michel Houellebecq. Flammarion, 1998.

 

 

Ecrit par un clone d'humain, dans quelques décennies, le récit  concerne deux frères Michel et Bruno, et leur existence à la fin du vingtième siècle. En ce temps où le monde était réduit à l'impuissance du fait qu'on naissait d'une copulation entre un homme et une femme, chose horrible par excellence.

Horrible et impossible à effectuer par Michel et Bruno, tant ils ont trouvé ça détestable.

Ils ont traversé diverses époques, en ne retenant de celles-ci que le côté superficiel, "à la mode" par exemple les étudiants de 68 forcément bêtement gauchistes, la période "hippie" forcément nimbée de drogue-perversion-mysticisme à la noix, l'écologisme forcément " retour à la nature"....et donc ils arrivent à la fin du siècle désespérés et despotiques, car ils n'ont rien approfondi...

 


  Le sujet du roman  c'est  l’impuissance, oui, mais l'impuissance masculine dans ses manifestations  psychiques et physiques.


Deux façons d 'être impuissants :

Un homme qui refuse l'idée de sexualité et même de procréation ; le biologiste, Michel. Il rêve d'un monde à la Huxley qui se réalisera.  C'est un dictateur en ( im)puissance.

Bruno son ami : lui il cherche l'âme soeur, la femme parfaite, le moyen d'avoir des orgasmes satisfaisants ... et n'y parvient pas.

Il est comme tout le monde, quoi...!


Et ce qui me fait dire cela c'est le style de Houellebecque d'une affligeante banalité qui accentue le côté " monsieur tout le monde" du personnage. 

Un style un langage qui sont  grossiers et vulgaires, plutôt que crus. Les personnages secondaires sont caricaturés. La mère de Bruno , évidemment est une "salope droguée prostituée",et un vrai déchet, qui abandonne son fils. Lequel cependant n' jamais manqué d'argent.L'auteur ignore ce qu'est le véritable abandon! moi je le sais. 
Des récits complaisants, notamment l'humiliation de Bruno dans les toilettes de son collège, tombe à plat à cause de l'accumulation de détails sordides.

  L’impuissance, on le voit ici, conduit au racisme et au totalitarisme.
Des auteurs nihilistes, on n'en manque pas( et je n'aime pas ce parti pris), mais certains comme Céline ou Thomas Bernhardt savent écrire et sont intelligents... d'autres au contraire se complaisent dans la médiocrité.

 

 

 

 


Christophe Donner «  L’empire de la morale : le fossile et la marteau » Grasset, 2001.

Ce roman ressemble à celui du précédent comme un frère.


  Nous avons là un  genre d’autobiographie dont les différents personnages sont hâtivement caricaturés.


Vulgaire, sotte, sans esprit, la narration  accumule les clichés les plus éculés (la mère est une salope le père est un con le psy est une ordure… et le Narrateur est un  dom Juan évidemment irrésistible...!  il raconte toute une vie de  sornettes à de très complaisantes maîtresses…
Christophe  Donner est pire   peut-être que houellebecque…ce n'est pas peu dire !


Quand je pense que Christophe Donner a la charge d’une chronique littéraire dans le Monde … !!!!!

 

 

 

Partager cet article

Repost0
15 février 2006 3 15 /02 /février /2006 17:27
Delaume.jpg
Farrago, 2001.

Roman autobiographique.

Chloé, c’est aussi Chloé, narratrice  dans la fiction.

Je ne connais pas son vrai nom, mais elle  est née le 10 mars 1973. 

Boris Vian est né un 10 mars ( 1920). Et Chloé, vous le savez comme moi, c'est cette amie de Colin qui se trouve mourir d'un nénufar dans la poitrine dans l'Ecume des jours.

Mais rien,  chez Chloé Delaume,  ne  rappelle Vian.

Ici, elle nous raconte un épisode traumatisant de sa vie et l'existence qu'elle mena ensuite.

Son père a tué sa mère, un jour, elle avait dix ans, en 1983. L'épisode est relaté au début du roman de façon très particulière.

Elle s’adresse à une sorte de psy qu’elle a l’impression d’étonner, genre vous comprenez moi je suis revenue de tout…

Elle a une  excellente maîtrise du vocabulaire.Surcharge abondamment dans les vingt premières pages et les trente dernières. 

Le milieu du récit  est  moins recherché.

Ce «  forcing baroque » cet amoncellement de mots qui se demandent ce qu’ils font ensemble et sur quoi l’on tombe, et qu’on relit en s’interrogeant, c’est le récit du crime.

On m’a appris qu'elle composait des alexandrins en prose.

A l’écrit, je ne les entends pas. Je ne reçois que la mauvaise foi de la narratrice, et son impression d'être profondément détachée de tout.

A lire à voix haute, surprise ! le texte chante!
Je dirais que c'est de la littérature orale, exclusivement. 

 


Je vous conseille pour plus de précisions un article très approfondi sur Chaperlipopette

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher