Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 novembre 2008 3 26 /11 /novembre /2008 00:29

Léon Okrasa vit dans une maison obscure où l'on s'éclaire avec des bouts de chandelle et de mauvaises lampes,  avec une vieille femme alitée aux traits marqués presque masculins, dont il s'occupe bien, sans doute sa mère. Il se livre à des actions qui peuvent nous inquiéter,  achète une hache, se trouve en possession d'une main coupée qu'il sort d'une poubelle et va faire brûler. Il a été témoin d'un accident de voiture. Il contemple le cadavre d'une vache flottant sur  un fleuve en contrebas d'un pont ( on voit que c'est une créature monstrueuse, bizarre, « fabriquée »,  l'allure vaguement bovine, mais tout de même le choc est là). Une musique de film noir retentit et nous fait croire que ce vieux garçon campagnard aux allures timides   est un meurtrier. Nous savons qu'il a été condamné ; de temps en temps la voix d'un policier qui l'interroge lui revient avec ses questions ainsi que la salle d'interrogatoire en préfabriqué dépourvue de décor...








La narration est en focalisation interne. On ne voit et entend que la version de Léon. Il se remémore son passé. Pour ce faire Skolimowski distribue des flashes back d'images, et de sons,  autant de souvenirs dans le désordre...comment organiser cette somme de données ?

Léon travaille à l'hôpital (maintenant ou autrefois ?) : on lui parle de cette main ; nous apprenons qu'elle appartenait à un accidenté et qu'il avait charge de la brûler ; on lui reproche d'avoir volé l'alliance...on lui rappelle sa condamnation...

Anna est  infirmière dans cet hôpital. Mais c'est dans un hangar que Léon l'a vue se faire violer avec une folle agressivité. Léon n'a pas vu le violeur. Il n'a vu de nu qu'une cuisse d'Anna avec un peu de glaire dessus. Le processus global n'est pas net : on voit dans une semi obscurité une créature étrange s'agiter violemment avec la tête blonde  d'Anna qui ne profère aucun son ;  ensuite on voit qu'elle reçoit des coups. Cette scène de viol ressemble à ce que Freud appelle la scène primitive (l'enfant qui voit ou imagine l'acte sexuel entre ses parents).En fait, c'en est une version classique que Skolimovki a conçu. Mais très bien faite, effrayante,  dans le  style « naturaliste ».


L'homme s'enfuit ce n'est qu'une  silhouette noire. Anna se redresse (elle s'est fait violer debout et n'a pas été à terre ou peu de temps),  son regard et celui de Léon se croisent longuement. Il s'enfuit à son tour... et va prévenir la police. Donc, bien sûr, il est accusé du viol et incarcéré.

Choix  entre plusieurs éventualités : Anna connaissait-elle le violeur ? Léon  ne serait-il pas le violeur tout de même ?   

En tout cas après avoir séjourné en prison (où semble t'il, il se fait violer à son tour) il découvre la maison d'Anna juste en face de la sienne, sa fenêtre surtout, se  prend à l'épier lorsqu'elle se déshabille devant. Car, fait curieux, elle ne tire les rideaux que  lorsqu'elle a revêtu sa chemise de nuit ! A croire qu'elle le fait exprès... ou que Léon imagine tout cela.

Un soir il s'introduit chez elle par cette fenêtre ; elle a trop bien fêté son trentième anniversaire et dort d'un sommeil alcoolique. Puis il prend l'habitude de venir la voir dormir. Il verse une poudre dans un pot de miel qu'il atteint par la fenêtre ouverte et dont elle use pour sucrer son thé avant la nuit.


Mais ce n'est pas un conte : lorsque la belle s'éveille, Léon se précipite sous le lit. Pendant le sommeil d'Anna, il ne fait rien d'autre que vernir les pieds de la belle, l'effleurer, lui recoudre un bouton, nourrir son chat... va tout de même acheter une belle bague en diamant avec ses maigres économies...des scènes de clair-obscur qui sont attrayantes, poétiques,  dans le style peinture flamande et hollandaise d'antan.

Léon se fait coffrer une seconde fois, en s'enfuyant de chez Anna.

Lorsqu'il sort de prison à nouveau, il ne trouve qu'un mur à la place de la « maison d'Anna » où il s'était empressé de revenir.

Ce qui laisse place à bien des interprétations. Il pourrait avoir imaginé les nuits chez Anna (quatre nuits d'un rêveur ?)  pendant son séjour en prison, car ce mur, nul ne peut l'avoir construit pour le séparer de la maison d'Anna. Il existait sans doute depuis le début.


C'est un film intéressant, construit de façon habile, pétri d'ambigüités. Les scènes de jour montrent des intérieurs nus et sans décor, des paysages de neige et de boue,  les scènes de nuit, plus nombreuses sont d'un onirisme particulier, réaliste.     




Partager cet article

Repost0

commentaires

Edisdead 28/11/2008 14:00

Ce film me tente beaucoup. Cela fait plaisir que le retour de Skolimowski soit bien salué. Je n'ai toujours pas vu les deux films cités par Dasola, mais j'ai un fort souvenir de "Deep end" et du "Départ" avec Jean-Pierre Léaud. Skolimowski est un cinéaste inventif et surprenant. Apparemment, presque tous ses films des années 60/70 sont remarquables.

Dominique Poursin 02/12/2008 15:11


Lorsque j'étais adolescente, Deep End m'avait fait beaucoup d'effet.  Plus tard, j'ai vu " Travail au noir" un film très fort, mais rien d'autre. J'en ai vu assez pour savoir que je
m'intéresse à son travail.


dasola 26/11/2008 08:25

Bonjour Dominique, vous parlez bien de ce film qui n'est pas facile à résumer. Je dois moi-même rédiger un billet sur ce film que j'ai vu dans une salle où des femmes à ma gauche et à ma droite n'ont pas arrêté de ricaner. Cela m'a beaucoup gênée. Moi-même, j'ai été pertubée par l'achronologie du film qui ne laisse pas indifférent mais je m'attendais à autre chose du réalisateur du Travail au noir et le Bateau-phrare, deux chefs-d'oeuvre à découvrir ou à redécouvrir (j'espère qu'il y aura une sortie en DVD). Bonne journée.

Dominique Poursin 26/11/2008 11:26



Bonjour Dasola,


Voilà qui est stupéfiant! comment peut-on trouver matière à ricaner à la vue d'un semblable film... on peut interpréter le film de différentes façons vu la manière dont les souvenirs sont mis en
scène et on peut très bien penser que les nuits avec Anna ont réellement eu lieu. C'est un film intimiste qui n'a pas d'envergure politique et sociale comme " Travail au noir" et de ce point de
vue on ne va pas le considérer comme une des grandes réalisations de Skolimovski. Je n'ai pas vu le Bateau-phare, j'espère avoir l'occasion de le découvrir assez vite.


Je viens de voir un autre film sorti récemment " The Visitor",  et je réfléchis à un commentaire pour ce film ; je pense que vous l'avez choniqué déjà?


Merci de votre contribution  à mon blog, abondante et intelligente à la fois.



Présentation

  • : Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher