Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 février 2017 3 15 /02 /février /2017 12:06

Actes sud 550 pages

La préface de l’auteur nous apprend qu'elle fait partie de la génération Gorbatchev ; elle est née en 1948.

« Il nous a été plus facile d’accepter l’effondrement de l’idée communiste parce que nous n’avons pas vécu en un temps où cette idée était jeune et forte, auréolée de la magie pas encore dissipée d’un romantisme désastreux et d’espoirs utopiques. Nous avons grandi sous le règne des vieillards du Kremlin »

« Je pose des questions non sur le socialisme mais sur l’amour la jalousie l’enfance la vieillesse… sur les détails d’une vie qui a disparu… l’histoire ne s’intéresse qu’aux faits, les émotions, elles restent toujours en marge… je regarde le monde avec les yeux d’une littéraire et non d’une historienne. «

 

L’auteur a collecté une masse de témoignages de gens de tous âges et de conditions diverses pour parler de leur vie : cela commence par des « propos dans les cuisines « une dizaine de personnes parlent, anonymes, et se répondent : on est un peu perdu !

Même si elle a fait un résumé des principaux faits en URSS et après sa chute, débutant à la mort de Staline ( 5/03/1953) jusqu’en 2012, c’est parfois difficile de remettre les propos des personnes interviewées dans leur contexte politique exact.

Plus éclairant sont les témoignages de deux femmes de même âges ( 49 ans au moment de l’interview c'est-à-dire aujourd’hui sans doute quelques années de plus) ; elles se connaissent et ne sont pas ennemies mais vont donner des avis diamétralement opposés sur la Pérestroïka qu’elles ont connue toutes deux dans leur jeunesse et de près car elles occupaient des fonctions importantes à Moscou.

L’une regrette l’Urss pourvoyeuse d’idéaux, l’autre apprécie ce que Gorbatchev et son équipe a fait naître en dépit des privations et du chaos favorisant la corruption dans les années 90 ; l’époque était difficile : on vivait mal. On attendait autre chose ; chacune réagit suivant ses attentes. D’autres témoignages sur cette époques font apparaître des destins différents même si l’on retrouve des schémas identiques : le putsch de 1991, les prises de positions diverses, la peur ou l’excitation, la crise financière des années 90, chômage et inflation monstre, fut un drame pour certains, cette jeune femme et sa mère ne pouvant même pas faire enterrer la grand-mère, obligées de garder le cadavre, puis livrées aux aléas d’une bande de voleurs qui les sauve puis les jette à la rue… d’autres familles ont souffert de malnutrition, mais n’ont pas connu un sort aussi horrible.

Mais on lira aussi des vies de personnes plus âgées qui ont connu l’époque stalinienne, la seconde guerre mondiale, le Goulag, l’Afghanistan, et qui sont nostalgique de cette époque. Le « capitalisme » a tout détruit selon eux. Toutes les valeurs auxquelles ils croyaient…vivant misérablement, persécutés, parfois dénoncés par leurs voisins, ils n’en regrettent pas moins cette époque…

 

Tous les récits sont éprouvants, mais certains sont de terribles drames. Notamment le récit de cette femme arménienne vivant en Azerbaïdjan , puis devant s’enfuir en Russie, où elle ne sera jamais acceptée de toute façon.

L’auteur a présenté les témoignages de telle sorte que deux personnes de même âge ayant vécu à la même époque puissent livrer des ressentis différents, voire opposés.

Les récits prennent la forme du monologue, bien que celui ou celle qui s’exprime s’adresse à l’auteur. Les récits de vie sont sans doute remaniés mais l’oralité en est préservée, l’émotion, l’impression d’un jaillissement de la parole, les répétitions, tout ce qui laisse penser à une parole authentique, et favorise l’empathie. Les récits, de ce fait, sont souvent très longs, parfois logorrhéiques, pas toujours faciles à endurer jusqu’au bout.

  1. faisant pénétrer dans le quotidien de familles ordinaires, on partage la vie des gens, ce que des essais et des livres d’histoire ne sauraient faire. A travers ces témoignages forcément subjectifs, on apprend beaucoup.

C’est un livre à acheter, et à lire par petites tranches. Avant de le lire, il faut s'être bien informé de chaque tranche d'histoire de l'Urss à la Russie de nos jours( sans compter les pays qui s' sont plus ou moins séparé ) de façon à bien remettre en contexte tous les propos recueillis. 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Dominique Poursin - dans Lectures essais et documentaires
commenter cet article
28 février 2016 7 28 /02 /février /2016 12:45
Umberto Eco Construire l’ennemi et autres écrits occasionnels

Grasset, 2014, 301 pages

pour un hommage à Umberto Eco, un de nos intellectuels contemporains les plus performants et les plus sympathiques, que l'on n'a pas fini de regretter.

Recueil de textes sur divers sujets prononcés à ‘l’occasion de conférences ou encore écrits à la demande de certaines revues. La plupart de ces textes ont été dits ou lus oralement. Eco n’a pas choisi les sujets à ce qu’il dit dans la préface. Ils sont tous assez récents (2005 2007 ou 2008 suivant les cas)

Le texte sur Victor Hugo, la poétique de l’excès, est la reprise de plusieurs discours repris et synthétisés pour former une nouvelle composition. Des textes tels que « Je suis Edmond Dantès » ou « Encore Ulysse ! « Utilisent des citations collées les unes aux autres et raccordées.

Construire l’ennemi : Eco rapporte sa conversation avec un chauffeur de taxi pakistanais qui lui demande qui sont les ennemis du pays d’où il vient, avec qui son peuple est-il en guerre, Eco répond que l’Italie n’est en guerre avec personne. Ensuite, il réfléchit que son pays a eu de nombreux ennemis par le passé, non seulement lors des guerres, mais de nombreux conflits intérieurs sur lesquels s’est construit et a évolué le peuple italien. Et qu’actuellement il y a tout de même Berlusconi…

L’histoire s’est faite à coup de conflits, et des ennemis, des antagonistes, il y en a toujours eu. Faire la guerre, conquérir des territoires, participe à l’évolution des peuples, quant aux conflits internes ils apparaissent comme inévitables. Mais l’ennemi ne se matérialise pas tout seul ! Il faut l’inventer…

Construire l’ennemi, c’est donc fantasmer sur un groupe d’adversaires supposés qu’il faut éliminer ou combattre : Eco choisit des exemples universels : le juif bien sûr revient comme ennemi numéro un ; il y aura aussi les hérétiques, les sorcières, les lépreux, le fameux bouc émissaire de René Girard, et l’effort pour que la victime désignée se reconnaisse dans l’image de cet ennemi. « la construction de l’ennemi réduit à cela même celui qui aurait aspiré à une reconnaissance bienveillante. Théâtre et littérature nous montrent l’exemple de « vilains petits canards « , qui, méprisés par leur semblables, se conforment à l’image que ceux-ci ont d’eux. Il cite un monologue de Richard III de Shakespeare. Ce roi s’est conformé à l’image de meurtrier qu’on avait construit de lui, à partir de son apparence physique.

« La figure de l’ennemi ne peut être abolie par les procès de civilisation. Le besoin est inné même chez l’homme doux et ami de la paix. Simplement dans ces cas, on déplace l’image de l’ennemi, d’un objet humain à une force naturelle et sociale, qui, peu ou prou, nous menace et doit être combattue, que ce soit la faims dans le ponde, l’exploitation du capitalisme, ou la pollution environnementale… L’éthique est-elle impuissante face au besoin ancestral d’avoir des ennemis ?

Absolu et relatif : invité à s’exprimer sur la notion d’absolu, Eco cherche à quelles conditions ce mot pourrait avoir un signifié ; en pédagogue, il va énoncer les différentes conditions pour un vocable d’avoir un signifié.

Absolu est comme Dieu il n’a pas de signification satisfaisante. Il va l’opposer alors à relatif, et de là examiner le sens du relativisme « très décrié de nos jours ». Cette conférence est une analyse de langage assez pointue.

La flamme est belle : lorsqu’Eco s’est installé avec sa famille dans une maison à Milan, on a fait du feu dans la cheminée. Ce spectacle était si beau que les enfants ont délaissé la TV pour regarder la flambée. Les évolutions de la flamme sont moins prévisibles que les programmes de télé !

Une somme de variations autour du concept de feu, élément célébré par Eco, qui nous promène de Prométhée à Bachelard, de Vulcain aux bûchers de sorcière, du bouleversement climatique favorable au feu « nous marchons à la mort par le feu »

Les embryons hors du paradis : je connaissais déjà ce texte paru dans une autre publication d’Eco (A reculons comme une écrevisse) il date de 2005 : des philosophes de l’Antiquité et des débuts de l’ère chrétienne s’interrogent sur l’embryon humain : a-t-il une âme ? Sent-il quelque chose ? Est-il vivant et de quelle manière ?

« Hugo, hélas » la poétique de l’excès : ce grand écrivain a toujours écrit du point de vue de Dieu, d’où ses défauts : grandiloquence, passions menées à leur paroxysme, déchaînement d’éléments, longueurs des énumérations, avalanches de coups du Destin, des défauts qui, pour Eco sont aussi des qualités et il va nous le démontrer, choisissant pour cela « L’homme qui rit », le personnage de Gwynlaine dont il commente à sa manière des passages. Apprenons donc que pour Eco « la description de Josiane, telle qu’elle apparaît à Gwynplaine est un des sommets de la littérature érotique. Puis Notre Dame de Paris et Quatre-vingt treize… Eco est un fervent admirateur de Hugo, il donne envie de se plonger dans un de ses romans, Quatre-vingt treize peut-être, que je n’ai jamais lu.

Astronomies imaginaires : Eco est passionné d’astronomie, mais « ma bibliothèque sémiologique, curieuse, lunatique, magique et pneumatique ne comprend que des livres parlant de choses fausses : on y trouve les œuvres de Ptolémée mais pas de Galilée… »

Ces intellectuels des temps anciens ont imaginé et rêvé le cosmos : de leur spéculations à la fois empiriques et fantasmatiques sont nées les inventions scientifiques d’aujourd’hui. On est surpris des trésors d’imagination dont les anciens font preuve pour rendre compte de cet univers complexe dont ils font partie. On découvre aussi qu’aucun d’entre eux n’a jamais cru que la Terre était plate !

Il ne manquait plus qu’Ulysse cite une somme impressionnante de critiques du livre de Joyce, critiques toutes négatives, dénonçant les unes « la bassesse morale » des personnages, les autres « la banalité » voire la « nullité » de cette œuvre ; petit à petit en pénétrant ces critiques négatives, on se rend compte qu’elles condamnent moins le livre que son auteur… parce qu’il est juif ! Proust est mis dans le même sac pour les mêmes raisons…

Pourquoi l’île n’est jamais trouvée : autrefois les navigateurs recherchaient des îles qu’ils ne trouvaient pas (les îles australes par exemple) ; et l’on découvrait des îles par hasard à des endroits où on ne les attendait pas. L’île est un potentiel inépuisable pour les récits d’aventures picaresques ou féériques ; l’île est le lieu de l’autre monde, fascinante, parfois idéale ( la Cité du Soleil de Campanella, l’Utopie de More) où l’on vit d’une autre façon…

Certaines îles mythiques ont été dans la réalité cherchées de nombreuses fois : les îles où Ulysse a vécu de fabuleuses tranches de vie, les îles étranges telles que l’Atlantide…

Ici Eco parle d’un sujet qui le fascine, il a d’ailleurs écrit un roman « L’île du jour d’avant » dans lequel précisément, un navigateur naufragé aborde une île inconnue.

Même si Eco a disserté sur des sujets imposés, c’est de lui qu’il parle ,de ses recherches personnelles, de thèmes qui lui sont chers et qu’il a déjà exploités dans certains de ses romans. Les textes font aussi la part belle à des anecdotes personnelles illustrant le sujet, et sont bien sûr pleins d’humour comme on peut s’y attendre avec cet auteur.

Repost 0
Published by Dominique Poursin - dans Lectures essais et documentaires
commenter cet article
4 décembre 2015 5 04 /12 /décembre /2015 10:20
 Valentine Goby Kinderzimmer *****

le témoignage de Suzanne Langlois, déportée à l’âge de vingt ans à Ravensbrück comme prisonnière politique ; elle servait dans la résistance comme toute sa famille. Ils sont trahis et déportés. Elle est enceinte d’un autre résistant, elle n’a pas eu le temps de le connaître.

Nous sommes en 1944 et elle en réchappera en 1945 au printemps avec son bébé, pas celui qu’elle a mis au monde, mais un autre de la Kinderzimmer, un autre dont la mère n’a pas survécu. Les bébés ne survivent pas au-delà de trois mois, elle perd le sien et s’occupe de l’autre orphelin un peu plus jeune, libéré avec elle un peu plus tôt…

Il y a aussi les conditions de vie au camp, très bien décrite (comme dans Une forêt d’arbre creux, moins poétique, mais tout aussi pertinent langage) , le travail, la crasse, la faim, les persécutions, la dysenterie, la mort qui rôde tout le temps, des choses qui font tenir ( la vue d’un lac, une araignée tissant sa toile, une chanson espagnole fredonnée jour après jour, des propos tenus par d’autres déportées) et malgré tout, cette interrogation, comment a-t-elle fait pour tenir bon ?

Un très bon document consacré à cette période si épouvantable, et aux camps sur lesquels certains disent qu'on ne devrait pas en parler en parler sous la forme d'un roman. Ici Il n'y a rien de romancé.

Repost 0
Published by Dominique Poursin - dans Lectures essais et documentaires
commenter cet article
20 mai 2015 3 20 /05 /mai /2015 10:14
Paul Veyne Et dans l’éternité je ne m’ennuierai pas ****

Albin Michel, 260 pages

C’est l’autobiographie d’un archéologue et historien, spécialiste de l’histoire romaine, âgé de 84 ans, dont le moment est venu de faire le point.

Né près de Cavaillon où il a passé ses jeunes années, c’est en découvrant un morceau d’amphore romaine que sa vocation lui est venue. Très jeune. Sa famille n’étant ni intellectuelle ni bourgeoise, il s’est élevé seul grâce à l’école vers les sommets de l’intelligentsia. Il commence à espérer croire en l’au(delà, sans avoir de religion, et c’est cet espoir que le livre porte , avec une foi déjà bien ancrée : il utilise le futur .

Chose amusante il déclare ses revenus et ses biens dans la première page !

Son parcours est intéressant ; agrégé de lettres classiques puis historien, il se tient à l’égard de l’Ecole des Annales et donc de l’histoire des mentalités très prisée à l’époque. Il s’engage dans la défense de l’Algérie libre, milite une bonne dizaine d’années au pc sans y croire, mais pour rattraper semble-t-il la conduite douteuse de ses parents ardents pétainistes, et dont il avait épousé les idées adolescent ( il est né en 1930, la seconde guerre mondiale ne lui fut pas inconnue). Il nous fait croiser des personnalités avec lesquelles il s'entendit très bien ( Michel Foucauld par exemple) et d'autres moins. Nous en apprenons davantage sur ces intellectuels. Paul Veyne sait dépasser l'anecdote.

On reste stupéfait à la lecture de son passage au PCF. Cette façon qu'eurent les militants d'ignorer les exactions staliniennes tout en étant parfaitement au courant!

Il revient souvent sur l’importance de se livrer à des activités (professionnelles ou non) mues par la curiosité intellectuelle, et le désir de se cultiver, de ne pas chercher à être utile.

Le livre s’achève par des propos confidentiels : la vie privée de cet homme fut mouvementée et il connut des deuils (un fils, un beau-fils, une femme) et une vie conjugale désorganisée.

Ces derniers propos ne nous interpellent pas forcément. Il en dit à la fois trop et pas assez !

Repost 0
6 décembre 2014 6 06 /12 /décembre /2014 14:12

Essai, 2010, Actes-sud Babel, 335 pages.

Plus autobiographie que documentaire, et moins « réflexions » que collections d’anecdotes, ce livre retrace la vie d’un garçon de province, dont les parents sont lui médecin et elle infirmière.

Dans la Chine de Mao (dernière phase) et ensuite sous Den Xiaoping. Né en 1960, il a vécu son enfance sous la « révolution culturelle », et son adolescence à la fin de cette époque. Avec des entrées comme « leader », « peuple » et Révolution », on mesure ce que fut l’endoctrinement des jeunes pendant cette période. Jusqu’à la mort du grand Timonier, où Yu Hae, adolescent fut pris d’une crise de fou rire, en voyant ses camarades sangloter ostensiblement.

Avec « lecture »et »écriture » on aura l’apprentissage du futur écrivain dans un contexte difficile puisque les seuls livres disponibles des années 60, furent les écrits de Mao, le petit livre rouge et quelques livres qui circulaient sous le manteau, dont la Dame aux camélias que Yu Hae et son copain recopièrent intégralement à la main en une nuit !!

Yu Hae a toujours vécu en Chine( à l’opposé d’ autres écrivains traduits qui souvent s’enfuirent à l’étranger et y demeurent tels Qiu Xiao Lung ) et a connu la Chine de Mao ainsi que le très rapide développement économique qui a suivi . Il n,’est pas, comme Mo Yan issu d’une famille de paysans, pas davantage d’intellectuels comme Gao Xing Jian, par exemple. Nous avons là le témoignage de la classe moyenne. De sorte que si sa famille a eu à souffrir de l’époque Mao, ils ont également échappé au pire.

Repost 0
Published by Dominique Poursin - dans Lectures essais et documentaires
commenter cet article
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 09:58

LP, 220 pages ( 2010)

L’auteur nous renseigne là sur l’étonnant parcours de la Leche League, parti américain né en 1956, à priori pour inciter les femmes à allaiter leurs bébé. En fait, cela va beaucoup plus loin, c’est une véritable idéologie conservatrice, qu’elle appelle « l’offensive naturaliste ».

Cette association s’est rapprochée des mouvements féministes, hippies, écologistes, pour défendre et promouvoir des valeurs qui, au nom de la nature, transforment la maternité en un pensum une torture, et ce, d’autant plus que l’on choisit d’avoir des enfants et que l’on choisit plus ou moins quand on les veut. Ce choix implique des responsabilités, et de la culpabilité : on a choisi d’avoir l’enfant, on lui doit la perfection. La perfection ce serait d’allaiter à tout prix (par exemple). Les mouvements tels que la leche league jettent le discrédit sur les laits maternisés, alors qu’ils n’ont jamais été aussi fiables ! Incitent les femmes à revenir aux couches en tissus sous prétexte d’écologie. Au fur et à mesure que les femmes sont endoctrinées, elles se retrouvent piégées : la contraception et le travail salarié devait les libérer, l’idéologie les contraint tout autant qu’autrefois, et les prescriptions de la Leche League les inciteraient à redevenir mères au foyer !

L’écoute de l’émission « les pieds sur terre » m’a stupéfiée ! Des femmes consomment leurs placentas, d’autres l’enterrent… !

La femme n’étant pas une femelle, elle ne sait pas pourquoi elle a le désir d’un enfant. Badinter poursuit la réflexion de l’Amour en plus, combattant cette idée qu’il existerait un instinct maternel, qu’il faut toujours suivre la sacro-sainte « nature ». La nature humaine n’a rien à voir avec l’animale : nous sommes dans le désir, et eux seuls connaissent l’instinct.

Il a donc nécessairement conflit entre femme et mère : c’est inévitable, le conflit est humain. Mais il faut combattre les politiques aliénatrices qui cherchent à endoctriner les femmes pour leur faire abandonner ce que des décennies de luttes chèrement menées leur ont fait acquérir. Un livre indispensable !

Repost 0
Published by Dominique Poursin - dans Lectures essais et documentaires
commenter cet article
5 octobre 2014 7 05 /10 /octobre /2014 14:30

POL, 630 pages.

Il y a un an et demi de cela, en visitant l’église St Eustache, à Paris, je me suis surprise à écrire dans un gros livre, où des gens avaient exprimé des souhaits. J’ai demandé à dieu que nos filles nous donnent un petit enfant… je ne me suis pas adressé au Saint, dont j’ignore s’il était qualifié pour cela, car dans la religion protestante où l’on m’a élevée, il n’y a pas de saint, on ne s’adresse qu’à Dieu. Puis j’ai allumé un cierge. Et pendant un certain temps, j’ai demandé à dieu ( mais plus par écrit) dans les églises qui me plaisaient, des trucs genre que mes enfants me donnent des nouvelles toutes les quinzaines, voire m’écrivent, et d’autres choses encore, sans oublier le cierge … en même temps je m’inquiétais, ayant l’impression qu’une tumeur divine proliférait sournoisement dans ma pauvre cervelle. En effet, je ne m’adressais plus à dieu depuis l’âge de 14 ans, et il me semblait bien avoir cessé d’être croayante , au premier degré en tout cas. Je crois être tirée d’affaire à présent, mais j’étais impatiente de lire le témoignage d’Emmanuel Carrère, certes plus atteint que moi…

Je ne l’ai pas lu depuis longtemps. J’avais aimé des récits déjà anciens, tels que la Moustache, et la Classe de neige, un peu moins l’Adversaire, et le Roman russe m’était tombé des mains…

A la fois autobiographie, documentaire historique romancé, et essai, c’est là un objet hybride en quatre parties dont la première est justement autobiographique. L’auteur y raconte trois ans de son existence pendant lesquelles, atteint de dépression, ne pouvant plus écrire, il s’investit dans la foi chrétienne version catholique romaine, de façon très poussée, allant prier et communier tous les jours et commentant des textes sacrés. Cette ferveur décline alors que la dépression le quitte et qu’il se remet à l’écriture. Cette partie pourrait être ennuyeuse, mais Carrère la commente avec ironie et une certaine légèreté. Certaines péripéties intéressent comme celle de la baby-sitter personnage qui dégage un mélange de tristesse et de loufoquerie. En revanche, je n’ai pas aimé sa marraine, ni même son ami Hervé, tels qu’il les présente…

Actuellement agnostique, Carrère rouvre le dossier « christianisme » dans un esprit critique : il se veut historien et romancier : pour nous, il va relire les Actes des apôtres et les lettres de Paul. Et même les Evangiles …

Paul est le véritable inventeur du christianisme. En suivant son parcours, Carrère fait œuvre d’historien vulgarisateur ( parfois trop : lorsqu’il fait des transpositions comparant Paul à des figures de dictateurs modernes, on sourit , parfois on s’amuse, mais on n’est pas très convaincu ). Néanmoins il compose un personnage ambigu intéressant avec Paul, et il va récidiver avec Luc l’Evangéliste, épisodique compagnon du prédicateur. Je n’aurais jamais cru pouvoir m’intéresser à cette partie de la Bible : beaucoup de récit de l’Ancien Testament ont toujours retenu mon attention, ainsi que les Evangiles, même sans avoir, en temps normal, de goût spécial pour ma religion. Cependant le Nouveau Testament m’a toujours ennuyée, bien que j’ai suivi les émissions de Jérôme Prieur et Gérard Mordillat qui ont interrogé un certain nombre d’ecclésiastiques et théologiens … et je ne me souvenais de rien, ou presque !

Cette partie de la Bible ( les origines du christianisme) est souvent considérée comme austère. L’auteur note avec juste raison que l’iconographie religieuse ne représente que rarement cette époque riche en événements. Il espère y remédier en relatant les faits de façon vivante : dialogues, et monologues des protagonistes, scènes de cinéma, théâtralité, présent de narration, toutes les ficelles classiques…

Avec moi, ça a fonctionné ! j’ai appris pas mal de choses, qui sont bonnes à savoir, quand on veut se cultiver un peu, et pourquoi pas avec Emmanuel Carrère ? Son enquête est sérieuse, ses sources me semblent fiables. Il ne se saisit pas de l’affaire en tant que théologien ou philosophe (pas d’interrogation sur le sens de certains concepts comme « résurrection ») mais il compose des personnages : Luc et Paul, avec il est vrai une certaine redondance, pose des questions concrètes parfois originales( qui a réellement fait condamner Jésus ? Quant sont apparu certains mythes, tels que la virginité de Marie ? Paul et Luc ont-il lu les récits d’Homère, et qu’en ont-il tiré ?...) et fait œuvre d’historien ; Les récits concernant Rome, les personnages de Néron et Sénèque, par exemple, sont très bons.

L’auteur veut être honnête : il ne va pas forcer sur le romanesque facile « on aimerait croire les romans selon lesquels il couchait avec Marie de Magdala ou avec son disciple bien aimé, malheureusement on n’y croit pas. Il ne couchait avec personne. On peut même dire qu’il n’aimait personne au sens où aimer quelqu’un c’est le préférer, et donc être injuste avec les autres ». Même constat en ce qui concerne Luc et Paul. Carrère les ressent incurablement vertueux ; il en est désespéré au point de faire figurer dans son livre des scènes érotiques le concernant !

Même si elles ne sont pas forcément bien venues, je n’ai pas sauté les digressions nombreuses de l’auteur, qui raconte sa vie, entre deux tronçons d’enquêtes.

L’épilogue nous montre un auteur resté tout de même très proche du fait religieux, au point de se livrer à la cérémonie du lavement de pieds… je n’aime guère cet épilogue. Pourtant, mon ressenti du livre est globalement positif.

Repost 0
18 juin 2014 3 18 /06 /juin /2014 14:46

Minuit (Double) 2002, 205 pages

Dans la veine de Qui a tué Roger Ackroyd ? et L’Affaire du chien des Baskerville , Pierre Bayard avait aussi mené ses investigations à propos d’Hamlet.

Si, pour les deux autres il s’agissait de revenir à une affaire classée, il n’en est pas de même pour Hamlet. Son langage métaphorique, fourmillant d’expressions colorées, ses formules à sens multiples suscitent des débats toujours renouvelés.

Pourtant, l’on admet généralement que le meurtrier d’Hamlet-père dans la pièce de Shakespeare est Claudius, son frère, qui l’aurait assassiné pour épouser Gertrude et s’emparer de la couronne.

Pas si simple…

En 1917 un enseignant John Dover Wilson lit un article d’un confrère spécialiste d’Hamlet, Walter Greg, qui relève une bizarrerie, un élément illogique : lorsque la troupe de comédiens ambulants joue sur la demande d’Hamlet, « Le meurtre de Gonzague », une pièce dont l’intrigue est similaire au meurtre de son père, Claudius tarde à réagir à cette représentation. Il ne réagit même pas du tout à la pantomime qui précède la pièce laquelle reprend l’intrigue de façon très semblable et fort directe.

A partir de cette incohérence, dans une pièce qui fourmille d’énigmes, Walter Greg en relève d’autres qui vont dans le même sens. Claudius n’est pas forcément coupable. Cette hypothèse invite à une relecture de la pièce. D’ailleurs Dover Wilson, choqué, va écrire à son tour un livre ( « Pour comprendre Hamlet »). Pour réfuter un simple article, cet enseignant, Dover Wilson va remuer ciel et terre et fouiller toutes les bonnes bibliothèques pour trouver des arguments contrant les objections de Greg. Ses remarques le gênent énormément. Il dira « s’être senti effondré ».

Pierre Bayard reprend les arguments de Greg, et en tire des conclusions nouvelles, peut-être inédites. En même temps qu’il progresse dans la relecture d’Hamlet, Pierre Bayard examine ce qu’il appelle « un dialogue de sourds », soit la façon dont les différents commentateurs d’Hamlet, à une même époque, et dans le même ordre d’idées, parlent du texte de façons si différentes que l’on ne dirait pas qu’ils ont lu la même pièce.

« Enfermés dans des bulles sans communication possible, les critiques, telles des monades de Leibniz, discuteraient principalement-et même cette hypothèse devient douteuse dans le champs freudien –avec eux-mêmes. «

Comment s’élabore une lecture critique, comment choisit-t-on les passages que l’on sélectionne, à partir de quelles théories va-t-on lire le texte, c’est ce qui fait l’objet de l’enquête, au même titre que la nouvelle lecture d’Hamlet. L’essai est à la fois sérieux et bien documenté (en particulier, on ne s’en étonnera pas, sur les lectures psychanalytiques) , et ludique puisque à chaque étape, L’auteur nous livre un argument supplémentaire pour élucider l’affaire Hamlet.

Bien sûr, on sera étonné, aussi bien par la progression de l’élucidation, que par les conclusions sur la critique. Rien de pire que d’essayer de communiquer, de faire semblant de se comprendre, semble-t-il….

Vous aurez envie de relire la pièce, en anglais, et en traduction, afin de vérifier un certain nombre de points. Personnellement, je n’y suis pas parvenue, car mon texte de « Signet Classics » ne propose pas la même version ( avec les mêmes mots) que celle de Pierre Bayard. D’ailleurs la lecture d’Hamlet en anglais, même avec une traduction, n’est pas une petite affaire !

Bref , dans cet opus, je me suis instruite sur différentes lectures d’Hamlet, sur les conditions d’une lecture critique valable. Les remarques de Bayard sur Hamlet sont intéressantes,et témoignent d'une volonté de dépasser les préjugés et d'interroger l'image du héros, et la tendance à l'idéalisme de certains lecteurs. Ce qui est une bonne chose. Tout de même, réhabiliter Claudius, c’est un peu gonflé de sa part, mais avec lui, on est habitué !

Repost 0
Published by Dominique Poursin - dans Lectures essais et documentaires
commenter cet article
25 avril 2014 5 25 /04 /avril /2014 14:07

Seuil, Fiction et Cie, 330 pages

100 sections pour relire la Recherche, sous forme de tronçons de phrases ( parfois une complète) sorties de l’œuvre de Proust ( quelques unes sont issues de sa correspondance, ou de Jean Sauteuil) . des propos suivis en italique d’une précision qui les replace (ou non) dans une partie bien déterminée de l’œuvre et d’un commentaire de longueur variable.

On peut classer ces 100 sections

-celles qui sont purement fictionnelles :

L’auteur imagine un échange de lettres et un dialogue entre Baudelaire et Proust, Baudelaire commentant la Recherche et l’utilisation que l’on fait de son nom et de ses vers. Le commentaire en est facétieux, et il se réfère malgré tout à un passage de la Recherche identifiable par le lecteur. Un certain nombre de sections évoqueront le dialogue Proust-Baudelaire ; il y aura aussi celles qui- surprise-font de Proust le fils naturel de Lautréamont. D’autres encore font apparaître le fantôme de Proust, rencontré par l’auteur, et d’autres fantômes. Pour Baudelaire en tout cas, Bon a utilisé « Le Plagiat par anticipation « de Bayard pour en faire bon usage. Pour les autres fictions, on peut les trouver amusantes. Lorsque Baudelaire et Proust se baladent dans un supermarché, c’est tendance, mais je doute qu’ils y aient croisé Annie Ernaux.

  • Celles qui recensent les nouvelles technologies dans la Recherche

Téléphone, photographie, avion, électricité, pétrole, automobile… mais aussi le pianola : Ces sections ne sont pas sans intérêt bien que Bon exagère lorsqu’il prétend avoir lu que Proust avait un faible pour les gaz des pots d’échappement…lisez surtout les sections sur la photographie.

  • Celles qui recensent divers thèmes proustiens

Les 68 occurrences du mot « voyageur » dans la Recherche, ( tous les passages sont cités !) les huit passages concernant les poiriers en fleurs, l’omniprésence de la robe… et ce qu’on peut en tirer pour la compréhension de la Recherche, et pour la littérature.

  • Celles qui regrettent l’absence de telle ou telle chose dans la Recherche (absence de Rimbaud, de Kafka, de l’Amérique, de pays lointains, absence de personnages vraiment fictifs dans la Recherche...) et commentaire de ces absences.

Cela ne me semble pas trop intéressant, sauf les sections qui tentent d’identifier ce qu’est vraiment un « personnage » dans la Recherche, par opposition au personnage « balzacien ou stendhalien par exemple.

  • Celles qui se réfèrent à un passage célèbre pour en modifier la lecture officielle.

Par exemple à propos de la madeleine, Bon tente de démontrer que celle-ci n’a jamais ramené à la surface de la conscience du narrateur des scènes oubliées mais qu’elle a souligné l’échec de la réminiscence et la nécessité d’inventer.

  • Certaines sections traitent de la Recherche globalement, de la lecture qu’en firent d’autres écrivains : Beckett, Claude Simon, Gracq ( qui n’aime pas Proust, ce que Bon trouve scandaleux car selon lui tout être se vouant sérieusement à la littérature doit quelque chose à Proust et a le devoir de l'aimer : c'est pousser le bouchon un peu loin, mais... ) et de la découverte de Proust par Bon lui-même.

Certains passages sont intéressants, parce qu’informatifs : j’ai aimé la section sur la jambe de Sarah Bernhardt, ou l’autopsie de Zola à laquelle Proust aurait vraiment assisté. Le chapitre sur « le bestiaire de Proust » intrigue à première vue ( des animaux dans la Recherche ???) et c’est à un recensement de métaphores animales que Bon s’est essayé. Il y en a beaucoup !

Dans l’ensemble, un essai plus original que ce qu’on a pu lire ici et là sur la Recherche en 2013.

Repost 0
Published by Dominique Poursin - dans Lectures essais et documentaires
commenter cet article
21 octobre 2013 1 21 /10 /octobre /2013 23:32

Fayard, 2013

Comme d’autres avant elle (notamment l'ouvrage collectif dirigé par Jérôme Garcin, les Nouvelles Mythologies) Eve Charrin, journaliste, prolonge l’œuvre de Roland Barthes Mythologies, qui décidément fait pas mal de petits.

L’auteur a choisi un certains nombre d’objets dont notre époque adore parler, parce que des fantasmes particuliers s’y rattachent, et tente justement de délimiter quels clichés détournent ces objets de leurs usages normaux.

Cela donne quelques récits amusants parfois, des réflexions pertinentes, de temps à autre.

J’aime bien le récit « la télé sans les chaînes ». Un couple de bourgeois qui mettent un point d’honneur à ne jamais regarder la TV, autrement que pour y passer des DVD, se rend au théâtre, où l’on met en scène les Exercices de styles de Queneau. Cette pièce se plaît à pasticher-très bien- les différentes émissions de télévision, mais le couple se rend compte que assister à un pastiche les oblige à subir ces émissions… et que, à la vérité, ce n’est pas du tout subversif…

Au premier chapitre l’auteur raconte avoir croisé à Dubaï dans le centre commercial une femme en burqa, arborant un sac Vuitton. Cet assemblage curieux semble contradictoire. En France, burqa signifie femme aux revenus modestes, et soumise à un (ou plusieurs) hommes lui interdisant toute frivolité. Là-bas, des situations sont différentes…

personnellement la burqa et le sac chic, ne m'étonnent pas plus que ça.

l’extrémisme en matière religieuse a donné par exemple dans sa version chrétienne, les ultraconservatrices du Tea-Party : ces femmes sont assez nombreuses à avoir de bons revenus, et on les imagine tout à fait arborant des accessoires féminins coûteux. Pourquoi les islamistes nanties se priverait-t-elles ?

De sac en sac, elle en vient à parler du sac « Longchamp » qui paraît-il réconcilie la classe moyenne et les nanties à cause de son petit prix et de son allure élégante ; je n’ai jamais entendu parler de ce sac.avant de lire ce livre. Me voilà en train d’en regarder des modèles sur Internet. Puis dans la rue, je m’exerce à repérer celles qui arborent ce type de sac. Ont-elles vraiment l’air élégant ? Ça m’obsède maintenant repérer les fameux sacs. Non je ne vais pas en acheter ; moi le sac, c’est jamais plus de 30 euros.

Eve Charrin (chapitre le livre-énigme) étudie les premières de couvertures des romans qui sortent : en France, beaucoup de grands formats ne sont pas illustrés ou discrètement. L’éditeur veut annoncer que c’est là « de la littérature, de la vraie » et toute image de couverture un peu visible, nierait ce fait. Sauf Actes sud, corrige l’auteur, et pas dans tous les cas.

C’est si vrai que la littérature considérée comme populaire est toujours publiée avec des images de couverture. Les genres supposé « faciles » romans policiers et Science- Fiction, ont des illustrations de couverture (assez sobres tout de même pour la Noire de Gallimard, leurs polars sont-ils censés être « vraiment littéraires ? ») la plupart des poches sont illustrés, parce que le »poche » est fait pour se vendre, littérature ou pas. Ces réflexions m’ont rappelé que lorsque les « poches » sont nés, il s’est trouvé nombre de gens, dont des écrivains pour se plaindre que la littérature (illustrée et à moindre coût) allait perdre son prestige en étant accessible au plus grand nombre. La littérature étrangère en traduction est souvent illustrée note justement l’auteur, parce que à l’étranger, on illustre plus volontiers les livres qu’en France, y compris les grands formats et la littérature dite« littéraire ».

Que concluons-nous de ces observations sur les façons de présenter les livres en France ? Que les éditeurs introduisent une forte séparation entre la littérature « qui ne racole pas » et l’autre, la vulgaire beste selleure qui doit rapporter.

A partir de cela, on a l'impression que certains cultivent un mépris appuyé, en France, pour la littérature classée "populaire."

Je cherche toujours une définition pour la " vraie littérature" . Ce serait donc celle qui dort dans les livres à couverture non illustrée. Alors, Christine Angot, c'est de la vraie littérature??

Ensuite, long développement sur les poires et les pommes, mais pas les scoubidous ( nul ne les connaît plus ceux-là !) Comment la pomme peut devenir un fruit de luxe ?

Parfois aussi elle enfonce des portes ouvertes notamment en parlant des sushis et de la mode Zen. j'en ai par-dessus la tête d'entendre parler du Zen et de tout ce qui s'y rattache: en pharmacie on vend des flacons " Rescue" avec sur l'étiquette, ces indications" voile Zen apaisant et réconfortant". Je ne sais pas à quoi ça sert, mais ça coûte assez cher...

Dans l’ensemble, le petit essai d'Eve Charrin, se lit vite et agréablement, et on aime y ajouter ses propres réflexions.

Repost 0
Published by Dominique Poursin - dans Lectures essais et documentaires
commenter cet article

Présentation

  • : Nuagesetvent
  • Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher