Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 juin 2006 7 25 /06 /juin /2006 17:43

Le Félibre outlaw 

 

1) Un petit joueur de flûteau

Entendit parler d’un château

D’où s’était enfui un jongleur

Qu’avait dédaigné les honneurs.

Le nôtre n’était la vedette

Que des scouts et du bal musette

Avec des flonflons à la clé,

Son la ne pouvait prospérer.

Il se mit à rêver  qu’un blason 

Ornerait son petit blouson. 

 

2) Et l’artiste bientôt dit j’enrage

De moisir dans mon ptit village.

Il n’est plus du tout de saison

Le clos de ma pauvre maison.

Quand il baisait sa compagne

Il songeait à une reine d’Espagne.

Avec l’amertume à la clé,

Son la se mit à chahuter.

Et l’on dit dans tout le pays

Ce voyou il nous abrutit. 

 

3) Et le ptit joueur de flûteau 

Un jour prit la route du Château. 

Il siffla méchamment vers les cieux

Leva le poing vers le Bon Dieu.

A ses parents dit pleins d’angoisse

On n’est plus de la même paroisse.

Avec la fureur à la clé,

Son la se mit à exploser ;

Et l’on dit dans tout le pays

Ouf, enfin le voilà parti. 

 

4) Le jongleur pousse sa voix au Château,

Sait mettre en musique tous ses mots (maux).

Brûle les planches tous les soirs,

A son cou pend une main de gloire 

Qu’il agite dans la lumière 

Pour faire trembler tout le parterre.

Avec de l’audace à la clé, 

on la s’est beaucoup contrasté.

Et l’on dit par tous les pays 

Le jongleur a d’l’âme et d’esprit.  

 

5) Le jeune héros tangue dans  sa limo 

Sa flûte est un vrai chalumeau.

Vêtu de noir et lunetté,

Par les feux d’la rampe calciné,

Il invente d’énigmatiques stances

En buvant d’étranges substances.

Avec de la dope à la clé,

Son la s’est mis à délirer.

Et l’on dit à qui veut l’entendre 

Le Phoenix renaît toujours de ses cendres. 

 

 6) Mais le ptit joueur de flûtiau 

N’est qu’un domestique du Château.

Le Fantôme du Roi quelque part 

Lui fait renoncer à son art.

Il lui dépêche un manager 

Des bergères et des infirmières.

Avec une fleur bleue à la clé, 

Son la se met à susurrer. 

Et l’on dit par monts et par vaux

Ouais… ta flûte maint’nant c’est du pipeau ! 

 

7) Notre troubadour lamento 

Répète dans une aile du Château.

Entre les cuisses d’une ptite gitane,

Se pressent son crucifix son pagne. 

Il récite des prières et se pâme

Pour que Dieu ait pitié de son âme.

Avec des cantiques à la clé, 

Son la se met à sermonner. 

Et l’on bâille dans tous les pays 

Le joueur de flûte nous ennuie.  

 

8) Mais notre joueur de flûteau 

A survécu moderato. 

Dans les ruines du Château il exhale 

Un déluge de sibyllins râles.

Nul ne saisit ce qu’il exprime 

Mais l’on respecte sa vieille déprime

Avec des ronchis à la clef,

Son la s’est un peu atrophié.

Mais l’on crie au félibre outlaw : 

« On réclame encore un fabliau ».

 

 

 


Partager cet article

Repost0

commentaires

pintoux 12/09/2006 18:23

c'est un excellent
c'est vraiment un détournement créatif
Bravo !

domiwind 13/09/2006 13:31

Je suis contente que cela vous plaise ; figurez-vous qu'il m'arrive de le fredonner ; mais chanter, je ne sais pas. ça se veut un hommage lucide en fait.

Présentation

  • : Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher