Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 septembre 2006 5 29 /09 /septembre /2006 22:11
tardieuoeuvresite.gif

Jean Tardieu ( 1903-95)

 

Les Chansons de Tardieu, je les ai  extraites du recueil de poèmes «  Jours pétrifiés »( 1043-47) dont on trouve les textes dans le recueil «  Le Fleuve caché » ( Poésie/Gallimard) qui regroupe la plupart des textes poétiques importants de Tardieu pour la période 1938-1961. On y trouve notamment les remarquable séries «  Monsieur Monsieur » et « une voix sans personne ».

Jours pétrifiés est un recueil qui évoque la stupéfaction, le saisissement, le mauvais sort , la frayeur, tout ce qui est susceptible de vous changer en pierre. Ces poèmes ont été écrits pendant la guerre, ou juste après ; ils en parlent, pas toujours directement ( parfois oui, tel le terrible Oradour, que je n’ai pas vu dans cette édition, pourtant…)

 

Cette section de « jours pétrifiés » s’intitule «  Trois chansons »

la première «  Chanson de la nuit » énumère treize personnes qui passent, sans pouvoir se rencontrer, bien que certains s‘appellent, elle ressemble cette chanson à la  comptine « passe passera, la dernière restera… «  sauf qu’il y en a treize et que le dernier dit « on ne m’a pas attendu « 

Le treize s’apparente au malheur, (le treizième arcane la Mort) le treize est aussi en trop, puisque la plupart des cycles sont de douze.

 

Un de ceux qui passent passent

un de ceux qui passeront

l’un premier l’autre second

le troisième vient ensuite

le quatrième après lui

le cinquième où es-tu donc ?

le sixième déjà tombe

le septième contre un mur

le huitième dans la nuit

le neuvième attendez-moi !

le dixième vient trop tard

le onzième est déjà loin

par le douzième suivi,

mais le treizième s’arrête

(rien ne va rien ne va plus)

près d’une borne inutile :

« on ne m’a pas attendu

« on ne m’a pas reconnu ».


La seconde chanson « la Chanson du crime » parodie un genre de roman noir… sauf que ce sont des ombres, et qui se rassemblent : peut-être sont-ils morts ou arrivent-ils à la porte des enfers.


A la porte verrouillée

au fond d’un mauvais silence

un homme frappe et s’en va

sans attendre la réponse. »

 

Un autre monte du sol,

sa main cogne avec colère

celui-là ne s’en va pas,

des couteaux brillent et bougent

dans les angles de la nuit

la porte a des soubresauts

on la pousse dedans.

Nul ne sort et nul ne rentre,

je ne sais pourquoi ces ombres

se rassemblent ici.

 

Et la chanson  du "faux marin » récit d’un navire qui ne peut quitter le port, réduit à l’impuissance, reste lyrique par rapport aux précédentes, (oiseau, forme cruelle) semble planer, pour mieux retomber à plat : elle s’achève par le mot «  mort ». Il s’agit d’impuissance à agir, plutôt que de mort réelle.

L’humour de Tardieu, se fait très noir, ici.

Même si la section porte le titre « Chansons « aucune ne présente de refrain.

 

Chanson du faux marin.
 
Pour délivrer ma vie
 de l’immobilité
j’ai fait de grands efforts,--
couvert de mes cordages
de mes voiles tombées
je gagnerai le port
que je n’ai pas quitté.
 
Image de moi-même
oiseau forme cruelle
qui pars et qui reviens
dans l’odeur de la mer,
chaque tour de ton aile
m’accable de liens. 
Couvert de mes cordages
de mes voiles tombées
je gagnerai la mort
qui ne m’a pas quitté.
 
                                        Jean Tardieu « Le Fleuve caché : trois chansons »
 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher