Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 septembre 2016 4 29 /09 /septembre /2016 13:20
Eric Vuillard 14 juillet *****

Actes sud, 2016, 200 pages.

L’auteur relate le jour qu’on appelle « fête nationale », du point de vue du peuple, des ouvriers employés artisans installés à Paris( souvent exilés d’une province) et vivant dans une extrême précarité. La rébellion débute le 23 avril lorsque le patron de la manufacture de papiers peints (florissante) décide de baisser le salaire des ouvriers déjà sous alimentés et manquant de tout. En même temps, le patron d’une fabrique de salpêtre fait de même. Le 27 avril les ouvriers s’attaquent à la « folie Titon » la principale manufacture de papiers peints, et s’introduisent chez Henriot l’autre patron. La répression sanglante fait 300 morts, la révolte empire, et nous voilà au fameux 14 juillet. C’est par le menu, que Vuillard raconte l’introduction dans la Bastille de petites gens fascinés et révoltés qui n’ont pas grand-chose à perdre, et dont beaucoup d’entre eux manient une arme pour la première fois. L’auteur cite beaucoup de noms : ceux qui étaient là et disparaissent de l’histoire ( c'est-à-dire des traces écrites peu soucieuses du devenir du peuple) une fois leur geste achevée pour cette journée ; quelques uns œuvreront pendant toute la révolution ( Jean Rossignol ; Louis Maillard) sans que cela leur apporte rien de bon.

L’auteur présente une geste spontanée, autant que fougueuse et violente : dans son récit, rien n’est prémédité, les émeutiers avancent, forts de leur nombre sans cesse accru, vers la Bastille, symbole de ce qui les réprime. Certes, ils se sentent menacés.

A peine l’auteur met- il en scène pour quelques lignes Mirabeau et Desmoulins (« La volonté du peuple entre dans l’histoire »).

« Camille propose au peuple la colère. Il grimpe sur une table devant le café de Foy. « On prépare une st Barthélemy des patriotes »lance-t-il.

L’impression que nous laisse l’auteur est tout de même qu’ il n’y a pas de chefs, que la foule des insurgés n’est pas manipulée par une quelconque instance. Les hésitations sont nombreuses, tout se décide en l’instant.

Une écriture très efficace, souvent lyrique, le présent de narration bienvenu, nous mettre dans la peau d’inconnus en action, qui, leur héroïsme aidant, se retrouvent soudain seuls, ébahis, dans des lieux où ils n’avaient jamais imaginé se trouver.

Le choix d’un vocabulaire trivial et savant à la fois, la frustration de voir que rien de bon n’est advenu de cette journée pour ceux qui vraiment combattu et qui avaient le plus de besoins.

Pour moi qui ne suis pas historienne, ce récit est parfait, bien au-delà d'une leçon d'histoire, et, même si romancé, il laisse amer.

Partager cet article

Repost 0
Published by Dominique Poursin - dans Lectures romans
commenter cet article

commentaires

maggie 16/10/2016 11:36

Encore un billet qui m'incite à lire ce roman !

Dominique Poursin 01/11/2016 12:15

tu finiras par le lire!

clara 13/10/2016 10:36

j'ai totalement et entièrement aimé !

Dominique Poursin 01/11/2016 12:14

ça me fait plaisir!

dasola 08/10/2016 23:28

Bonsoir Dominique, très enthousiaste aussi pour ma part. Mon billet paraît dans deux jours. Bonne soirée.

keisha 30/09/2016 08:18

J'ai aussi beaucoup aimé! Et j'ai la chance de pouvoir rencontrer l'auteur à une lecture pas loin de chez moi!

Dominique Poursin 01/11/2016 12:14

A part le Salon du livre de Paris,( qui est de moins en moins bien, je trouve) je n'ai guère l'occasion de rencontrer des auteurs...

Présentation

  • : Nuagesetvent
  • Nuagesetvent
  • : Comptes rendus de mes lectures avec des aspects critiques + quelques films de fiction Récits de journées et d'expériences particulières Récits de fiction : nouvelles ; roman à épisodes ; parodies. mail de l'auteur : dominique-jeanne@neuf.fr
  • Contact

Rechercher